Menu du site
Liens  
Présentation du village de Mosteiro Cimeiro

Localisation

La localité de Mosteiro Cimeiro dont le code postal est le 6100-688, se situe tout près de Senhora dos Remédios à Sertã dans la région de la Beira Interior, district de Castelo Branco. Le village est entouré de pins et de quelques eucaliptus; dans les jardins il y a des oliviers, de la vigne et des orangers. Mosteiro Cimeiro est perché sur des collines et de toute part on peut voir la ville de Sertã ainsi que de nombreux villages aux alentours.


 
Vue satellite du Mosteiro Cimeiro de Sertã - Castelo Branco, Portugal
Habitations du Mosteiro Cimeiro
Habitations du Mosteiro Cimeiro a 39°48'13.87"N et 8° 4'34.74"O dans le bas du village de Mosteiro Cimeiro

La rivière près du Mosteiro Cimeiro
Le Pego do Mouro dans la rivière qui passe tout près du village accueillait autrefois les lavandières; Aujourd'hui en Eté c'est un espace vert, rafraichissant et bucolique.
 
la vigne de raisins blancs
Grappes de raisins blancs contre les murs de certaines maisons du Mosteiro et dans ses jardins.

vigne grimpante sur les murs des maisons du village de Mosteiro Cimeiro

Vu qu'il y a des raisins dans les jardins et sur les quelques rares vignes qui restent, ceux qui ont la chance d'en avoir font du vin et de la água-pé.
La água-pé est un vin léger de faible teneur en alcool avec un maximum de 5 a 7 degrés qui se fait quand les grappes ont été bien pressées : on enlève la presse, on étale le marc autour du pressoir (dans le lagar em portugais) et on ajoute de l'eau; on laisse alors ce mélange à fermenter pendant la nuit. Mise en barrique la água-pé est bonne 2 mois après la vendange et prête pour le São Martinho. On la boit jeune et en général jusqu'à 6 mois.

Pour la jeropiga c'est différent : elle a une forte teneur en alcool vu qu'elle est vinée : elle est faite de moût dont la fermentation est arrêtée par l'ajout d'un quart d'eau de vie. On boit aussi la jeropiga le 11 de Novembre avec des châtaignes grillées de la São Martinho ou en accompagnement de fruits secs comme des figues, des noisettes ou des noix ou bien avec les broas de Natal.

Ceux qui font du vin font aussi de l'eau de vie du marc de raisin et il y en a qui comme mon grand père préparaient une bouteille ou une bombonne de liqueur de poejos : on met les poejos dans l'eau de vie pendant quelques jours pour lui transmettre les arômes, on les retire puis on ajouter le sucre et un tout petit peu d'eau puis on agite le tout pour bien mélanger.
Voyez la carte satellite du Mosteiro Cimeiro de Senhora dos Remédios  - Sertã :

Une partie de la flore aux  alentours du Mosteiro Cimeiro :

Arbres :

Les alentours du Mosteiro Cimeiro sont couverts de pins et plus récemment plantés d'eucaliptus. Des arbres les plus anciens, il reste quelques carvalhos , châtaigniers, quelques azinheiras et de rares arbouses (Arbutus unedo avec des fruits comestibles dont on fait aussi une forte eau de vie).

La châtaigne a servit de base alimentaire comme le blé et le maïs mas aujourd'hui elle est surtout à la fête lorsque grillée à la São Martinho et que l'on goûtte la água-pé (le jour de la S.Martinho, on va au chais et on goûtte le vin).

Un peu partout on cultive les oliviers pour en faire l'huile d'olive mais les orangers aussi se développent bien.

Arbustes :

Dans la garrigue il y a des cistes (Cistus ladanifer dont les feuilles sont recouvertes de résine aromatique appelée laudanum qui constitue une protection contre la sécheresse; cette senteur végétale ambrée est recherchée des parfumeurs et on en fait l'huile essentielle de ciste), des chênes Kermès ou chêne des garrigues (Quercus coccifera avec des glands; il se trouvait parasité par des cochenilles dont on faisait une teinture carmin ), des genêts à balais ( Cytisus striatus aussi appelé Portuguese broom qui fleurit entre Mai et Juin et dont les fruits sont toxiques; autrefois on en faisait des balais), moitas, de la bruyère et carquejas.

La carqueja (Pterospartum tridentatum) pousse spontanement au Portugal et a des propriétés anti-oxydantes en pharmacologie. Utilisée couramment en cuisine, le bouquet de carqueja sauvage entre dans les marinades et la cuisson du lapin pour lui donner un goût plus proche du lièvre. Dans le coin de Carvalha on trouvait autrefois des fleurs roses à fushia, les pivoines (Paeoniaceae).

La menthe sauvage donne aussi un agréable parfum aux bords de la rivière et du ruisseau avec ses quelques roseaux.

Vous pouvez consulter une liste d'ouvrages sur le Portugal sur Kalissimo